version anglaise version espagnole
L
A
 
D
É
C
O
U
V
E
R
T
E
 
D
'
H
E
N
R
I
 
G
A
S
C
lesecret

Deux tableaux de Poussin... la clé de l'énigme

 

Une magnifique histoire qui m’a tenue en haleine telle un « Da Vinci code » depuis plus de 6 ans, m’a plongée malgré moi, au coeur de cette étrange énigme de l’abbé Saunière… Mes découvertes ont rejoint très certainement, celles par le passé, d’un certain Henri Gasc, curé de Notre Dame de Marceille, église proche de Rennes-le-Château. Mais qui était le curé Henri Gasc, personnage au centre de ce troublant mystère ? Mon histoire est, celle d’un destin croisé avec ce mystérieux chanoine Henri Gasc, et raisonne comme un secret de famille.

 

Il y a 6 ans, au décès de ma mère, deux tableaux me sont légués, tableaux de famille transmis par un de mes ancêtres, Henri Gasc, jadis curé près de Carcassonne. Ces deux tableaux ont été transmis à mon arrière grand-oncle, s’appelant également Henri Gasc, puis à mon grand-père, avant d’arriver jusqu’à moi... Ma mère était très fière de ces tableaux, me révélant leur origine, mais jamais leur auteur… Des codes faisant appel aux connaissances les plus anciennes, à la science, à l’astronomie, à la perspective, à l’optique, ces indices confirmés par des expertises, m’ont amené sur la piste du maître de la peinture Nicolas Poussin, mais aussi à l’évidence que ces tableaux me dévoilaient un message secret.

 
   
tableau 1tableau1  
   
tableau 2tableau2  
   
 

Qui était vraiment à travers ses pensées les plus intimes Nicolas Poussin, pour nous amener tel Léonard de Vinci, vers des messages cachés ?
Au fil de mes découvertes, est apparue l’implication du peintre Nicolas Poussin dans l’énigme de Rennes-le-Château, et en étroite relation avec cette mystérieuse affaire, l’évocation du « secret de Poussin » qui débouche sur bien des hypothèses.
L’énigme de Rennes-le-Château, allait m’amener peu à peu, sur la piste d’un certain Henri Gasc, curé de Notre Dame de Marceille, église si proche de Rennes-le-Château et de son mystère. Le secret d’un peintre, serait-il devenu le secret de l'énigme de l’abbé Saunière, mais aussi un secret de famille, transmis par mon ancêtre Henri Gasc, pour arriver jusqu’à moi ? Le jeu de pistes, dévoilé dans mes tableaux, m’a permis de remonter l’histoire, et au fil des regroupements d’avoir la certitude que ces tableaux étaient la clé de cette énigme.
Arrivé en 1838 à Notre-Dame de Marceille, à la faveur de travaux effectués dans son église, Henri Gasc fait des découvertes. Notre-Dame de Marceille a un passé chargé d’histoires, « lieu magique », dévoilé par l’épisode historique de la Vierge Noire, qui a mis en évidence notamment l’existence de souterrains sous cette église.

 

     
ND-Marceille ND-Marcille Vierge noire
Notre Dame de Marceille
lithographie première moitié du XIX siècle
Reynié et Certain
Eglise actuelle après les grands travaux de l’abbé Gasc dans les années 1860 Vierge noire
Notre-Dame de Marceille

 

Notre-Dame de Marceille a un passé lié à l’histoire de France. En effet de 1660 à 1673 c’est François Fouquet, frère de Nicolas Fouquet surintendant du roi Louis XIV, qui gère Notre-Dame de Marceille en tant qu’évêque de Narbonne. Il y fait des aménagements. Henri Gasc a-t-il retrouvé ces tableaux de Nicolas Poussin, au sein d’une de ces caches secrètes ou souterraines aménagées par François Fouquet ?  
Oui très certainement, car cette thèse est historiquement argumentée. Les Fouquet ont un destin lié à l’histoire de France, mais sont également très proches du grand Nicolas Poussin, dont Nicolas Fouquet est le mécène. Nicolas Fouquet devenu trop puissant, est de plus en plus surveillé par le roi Louis XIV, et les échanges épistolaires entre Louis Fouquet et son frère Nicolas témoignent de confidence et de secret entre le peintre et les Fouquet. Quel secret ?
Peut être le roi s’est lui-même posé la question, car selon certaines sources, il aurait eu connaissance de cette lettre.

 
     
  Lettre de Fouquet  

 

Nicolas Fouquet, au coeur de malversations, est en danger et, son arrestation ordonnée par le roi en 1661 n’est pas une surprise.
François Fouquet a toutes les raisons pour vouloir cacher des dépôts précieux dans cette église, il est bien placé pour le faire car il gère Notre Dame de Marceille. D’ailleurs les biens de Nicolas Fouquet seront confisqués, quelques temps après. François Fouquet meurt en 1673, et les dépôts précieux qui devaient attendre Nicolas à sa sortie de prison, sont restés dans cette cache car Nicolas Fouquet meurt en prison en 1680 ! Les Fouquet possèdent une immense richesse, un vrai trésor.
L ’abbé Gasc est il tombé sur ce trésor ?  Et dans ce trésor, deux tableaux précieux, cachés, à l’abri du roi révéleraient-ils le message secret de Nicolas Poussin, évoqué dans la lettre de l'abbé louis Fouquet envoyée à son frère Nicolas ? L’abbé Gasc, curé certes, mais également peintre, ne peut ignorer la valeur de ces tableaux qu’il a découvert. Il est le mieux placé pour en comprendre également le message, percer leur mystère, et reconnaître le peintre qui se cache derrière ces œuvres : Nicolas Poussin.
Henri Gasc comprend alors pourquoi ces tableaux ont été cachés, quand il accède à leur message secret…

Nicolas Fouquet

Nicolas Fouquet
 

  Nicolas Poussin

Nicolas Poussin

Tout secret doit se pérenniser, sans se dévoiler vraiment, c’est ce qu’a fait Henri Gasc à travers des parchemins subtilement codés, mais qui dévoilent le nom de Nicolas Poussin. Découverts fortuitement par l’abbé Saunière, dans le pilier wisigoth de son église de Rennes-le-Château, ces parchemins livrent tous les indices liés au secret découvert par l’abbé Gasc, secret dont les tableaux sont la clé. Mis dans la confidence par Henri Gasc son mentor, l’abbé Boudet, va devenir le personnage central de cette énigme.
Il va livrer à travers ses écrits, un véritable jeu de pistes conduisant à l’énigme et à...  mes tableaux.
Henri Boudet proche de l’abbé Saunière, va aider ce dernier à la réfection de son église de Rennes-le-Château. Ce n’est donc sans doute pas le hasard, qui a mis ces parchemins, et peut être d’autres trésors, sur la route de Saunière, mais deux curés Henri Gasc et Henri Boudet. Personnages au coeur de ce secret, soucieux de le transmettre, mais prenant grand soin pour le dévoiler. Deux tableaux trouvés dans une église, livrant le secret d’un peintre, le secret de Nicolas Poussin, est devenu la clé du mystère de Rennes-le-Château, mais aussi un secret de famille.